Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

Procès du 28-Septembre: l’ancien dirigeant Dadis Camara est rentré en Guinée

5 781

L’ancien président Moussa Dadis Camara est rentré en Guinée pour répondre mercredi devant un tribunal, avec dix autres accusés, de sa responsabilité présumée dans le massacre du 28 septembre 2009 dans un stade de Conakry.

L’information a été donnée par son avocat. L’ancien président Moussa Dadis Camara est arrivé à Conakry tôt ce dimanche, après plusieurs années d’exil au Burkina Faso. D’après l’un de ses proches, l’ancien homme fort de Guinée est dans une villa tenue secrète, rapporte Mouctar Bah depuis Conakry. Il est de retour pour son procès qui doit se tenir mercredi 28 septembre, 13 ans jour pour jour après les tueries dans le grand stade de la capitale.

Il doit comparaître mercredi aux côtés de dix autres accusés, dont le colonel Abdoulaye Chérif Diaby, ministre de la Santé au moment des faits, pour répondre des exactions commises le 28 septembre 2009, lorsqu’un rassemblement de l’opposition dans un stade de Conakry avait été brutalement réprimé. Cent cinquante-six personnes avaient été exécutées, des milliers blessées et des centaines de femmes violées.

« Le président Moussa Dadis a toujours demandé à rentrer au pays pour livrer sa part de vérité, assure son avocat, Me Antoine Pépé Lamah. Ce sont les autorités d’alors qui ne lui ont pas facilité les choses. Aujourd’hui, grâce à la volonté des nouvelles autorités politiques, ce procès se tient enfin. C’est une aubaine qui est accordée au capitaine Moussa Dadis Camara de laver son honneur, sa dignité et son intégrité qui ont été sérieusement entachés par les allégations qui ont tourné autour de ces événements.. »

Et à ceux qui pourraient envisager qu’un accord ait été passé et que Dadis Camara revient parce qu’il a été protégé, son avocat l’affirme avec force : « Le capitaine n’a aucun accord avec qui que ce soit. »

Vendredi 23 septembre, tous les prévenus ont reçu une convocation à se présenter, mardi 27 septembre, au greffe du tribunal, 24 heures avant l’ouverture du procès. Selon Me Antoine Pépé Lamah, ils ressortiront libres de cette audience préalable :

« En l’état actuel de la procédure, aucune disposition légale ne permet ni au procureur, ni au président du tribunal, d’entreprendre une mesure privative de liberté. »

Initialement, 15 hauts gradés de l’armée étaient inculpés. Deux ont bénéficié d’un non-lieu et un autre est décédé. Ils ne seront donc plus que 12 dans le box des accusés face à des victimes qui attendent de connaître la vérité.

Afrika Stratégies France avec RFI

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus