Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

Le cas de l’Ouganda montre des pandémies fantômes : viols et sida

170

Le Dr Rose Apndi, consultante en santé publique en Ouganda pour le Centre américain de prévention et de contrôle des maladies (CDC) , a présenté les conclusions de l’équipe ougandaise de chercheurs qui ont analysé les données du ministère de la Santé et du ministère du Genre, du Travail et Développement social du pays africain. En eux, ils ont réalisé l’augmentation des abus sexuels et des violences de genre au cours des premiers mois de la pandémie (d’avril à septembre 2020), par rapport aux mois immédiatement précédents (d’octobre à mars 2019).

« Nous avons vu que les signalements de cas de viol ont augmenté de 24 %, passant de 17 700 cas à plus de 22 000 », explique Rose Apondi de Kampala. « De même, il y a eu une réduction de la prise de prophylaxie après l’agression de 18%, une augmentation, un peu moins, de 18%, des dossiers de prophylaxie après l’agression, entre la période pré-covid et pendant les premiers mois de la pandémie. ”.

Espace pub 830 X 140
De nombreuses femmes agressées n’ont pas pu se rendre au centre de santé ou n’ont pas été convoquées à temps

C’est une réalité observée sous d’autres latitudes, qui a également entraîné le risque de contracter le VIH dans les populations à forte incidence. Cette augmentation des abus sexuels est une « pandémie fantôme », à laquelle la chancelière Angela Merkel a également fait référence lors du discours d’ouverture de la conférence, à Berlin, dimanche 18 juillet dernier.

Beaucoup de femmes agressées n’ont pas pu se rendre au centre de santé ou n’ont pas été convoquées à temps, donc l’étude de l’équipe, coordonnée par Apindi, a également quantifié que les chances de recevoir des soins précoces que ces femmes avaient étaient 0,79 fois moins qu’avant covid-19 . « Les causes présumées de ces retards étaient des restrictions de mobilité, dans plus de 50% des cas. »

Les mesures de confinement et la réduction de l’accès aux transports en commun ont également eu un impact important sur le manque d’attention aux femmes et adolescents victimes de maltraitance. « Pour cette raison, il est très important que les gouvernements investissent dans des programmes pour atténuer les violences sexuelles pendant les périodes de confinement, et qu’il s’agisse de campagnes sans limites, flexibles et adaptées au contexte », affirme Apindi.

En ce qui concerne les grossesses d’adolescentes, une légère reprise est également observée, bien que les données obtenues par les chercheurs ne soient pas statistiquement significatives, puisque, comme l’a reconnu Apondi, l’étude s’est limitée à des sources officielles, sans pouvoir accéder à d’autres sources et rapports, donc cela est probablement un euphémisme. « Nous n’avons pas non plus pu passer au crible les données sur les cas de violences sexuelles qui n’étaient peut-être pas liées aux mesures de confinement. Ce que nous avons fait, c’est corréler les restrictions de covid-19 et l’augmentation de la violence sexiste chez les adolescents et les femmes en Ouganda, ainsi que le risque accru de VIH et de grossesse chez les adolescentes ».

Après le premier pic de la pandémie, selon la chercheuse ougandaise, dans son pays « un travail a été fait, au niveau communautaire, dans les efforts de sensibilisation et de prévention, ainsi que dans le soutien à l’accès précoce aux soins de santé pour les survivants de violence de genre. Il y a également eu des activités destinées aux jeunes pour les occuper pendant le confinement. Mais les données montrent que les violences de genre et les abus sexuels n’ont pas été suffisamment pris en compte lors de la gestion des premiers mois de la pandémie ».

Les impacts de covid-19 ont été profondément ressentis en augmentant la vulnérabilité des personnes vivant avec le VIH ou à risque de contracter le virus, comme le documente le rapport de l’International AIDS Society présenté lors de la conférence. . « Nous ne combattons pas une seule maladie », a déclaré le directeur de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom, lors de la clôture de la conférence le 21 juillet. « Notre combat n’est pas pour la santé de certains ou de la majorité. C’est pour la santé de tous ».

Afrika Stratégies France avec El Païs Afrique

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus