Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

L’ONU réduit les rations des réfugiés dans le Sahel africain dans un contexte d’insécurité alimentaire « alarmante »

774

Les rations alimentaires pour les réfugiés et les personnes déplacées sont réduites de moitié dans certaines parties du Sahel en raison d’un manque de financement massif, des millions de personnes devant souffrir de la faim alors que les prix augmentent et que les chocs climatiques affectent les rendements, selon les agences de l’ONU dit vendredi.

Le bureau humanitaire des Nations unies (OCHA) estime que quelque 18 millions de personnes seront confrontées à une grave insécurité alimentaire au cours des trois prochains mois dans la ceinture aride qui s’étend à travers l’Afrique sous le Sahara. Son appel de 3,8 milliards de dollars pour la région est financé à moins de 12%, a déclaré le porte-parole d’OCHA, Jens Laerke.

Espace pub 830 X 140

« La situation a atteint des niveaux alarmants au Burkina Faso, au Tchad, au Mali et au Niger, où les gens connaîtront des niveaux d’insécurité alimentaire d’urgence pendant la période de soudure entre juin et août », a-t-il déclaré lors d’un point de presse, affirmant que les niveaux d’insécurité alimentaire étaient le pire depuis 2014.

Au Burkina Faso, les rations sont actuellement à 75% dans les zones difficiles d’accès et les plus exposées à l’insécurité alimentaire, et à 50% sur les autres sites, a indiqué le Programme alimentaire mondial.

Les rations ont déjà été réduites de moitié pour les personnes déplacées et les réfugiés au Tchad, a-t-il ajouté. Le PAM sera contraint de les réduire davantage à partir de juillet si davantage de financement n’est pas reçu.

En Mauritanie, la composante alimentaire de la ration alimentaire en espèces est réduite de 50% au camp de Mbera, a-t-il indiqué.

Le conflit entre les principaux producteurs de céréales, la Russie et l’Ukraine, est l’un des facteurs qui a fait grimper les prix des denrées alimentaires en Afrique. Cette crise a également détourné l’aide d’autres domaines.

« Pourquoi est-ce si grave maintenant ? Nous avons des conflits dans la région de l’Afrique de l’Ouest, vous avez le COVID qui fait toujours rage, vous avez des chocs induits par le climat, vous avez des coûts en hausse qui se heurtent tous pour mettre les besoins de base hors de portée de millions de personnes », Tomson Phiri du PAM a déclaré au briefing.

Afrika Stratégies France avec Reuters Afrique

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus