Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

Le capitaine Traoré n’envisage pas d’élections avant la sécurisation de tout le Burkina Faso

4 701

Un an après sa prise du pouvoir, le capitaine Ibrahim Traoré fait un bilan positif de sa politique. Acquisition des équipements pour les forces armées, recrutement massif de volontaires et de soldats, diversification des partenaires, lancement des campagnes de production agricole, il était face à plusieurs journalistes sur les médias locaux. Sur le calendrier de la transition, le chef de l’État burkinabè reste catégorique, il n’y aura pas d’élections avant la sécurisation de tout le territoire. « Ma priorité reste la sécurité », a-t-il martelé.

Un an après sa prise du pouvoir, le capitaine Ibrahim Traoré reconnait qu’il s’était trompé sur les capacités réelles des forces armées burkinabè. Selon lui, la guerre antiterroriste est encore au stade d’introduction, car le plus important était d’abord l’équipement. 11 000 nouvelles recrues sont toujours en formation, la guerre pourra véritablement commencer quand ces futurs soldats seront sur le théâtre des opérations.

« Toutes ces zones, où on est absents depuis des années, nous allons y aller. Ce seront des batailles très dures, il faut s’y attendre, mais nous sommes là pour ça.  Il n’y aura pas de partie du Burkina où nous ne pourrons pas mettre les pieds. Nous sommes à l’introduction, comme nous l’avons dit. Les opérations sont plus aériennes et aéroterrestres.  Nous avions beaucoup de soucis. Que ce soit les effectifs, l’organisation, l’équipement. Ce n’était pas ça. On se disait qu’il y avait de la logistique, des armes, mais qu’on ne voulait pas nous donner. Mais on est arrivé et on a constaté que ce n’était pas le cas. Il n’y avait rien, les gens n’ont pas préparé la guerre. La première des choses, c’était de savoir ce qu’il y avait dans nos soutes. Il n’y avait rien, on ne pouvait même pas trouver 200 Kalachnikov en réserve. »

Espace pub 830 X 140

Sans fournir de chiffres, le capitaine Ibrahim Traoré souligne que des populations ont été réinstallées dans leurs localités. Et le respect du calendrier de la transition, le président de la transition est catégorique, tant que les Burkinabè ne pourront pas se rendre sur toute l’étendue du territoire, il n’y aura pas d’élections.

« On espère qu’à la sortie de la saison pluvieuse, on puisse avancer sérieusement dans la lutte. Le premier jour, nous avions fait comprendre aux gens qu’on souhaite faire le minimum de temps possible dans cette lutte. Si certains acteurs nous avaient laissé lutter sérieusement, on n’en serait pas à cette étape actuellement. Mais les gens ont décidé de nous rendre la vie dure. Il n’y aura pas d’élection qui va se concentrer uniquement à Ouaga et à quelques villes alentours. Il faut que tous les Burkinabè choisissent leur président. Il faut que ceux qui vont postuler puissent aller partout au Burkina faire leur campagne, etc. Donc il faut qu’on assure la sécurité d’abord. Ce n’est pas une priorité, je vous le dis clairement. C’est la sécurité qui est la priorité. »

Sur le plan extérieur, le capitaine Ibrahim Traoré insiste sur le fait que les soldats burkinabè interviendront au Niger, non seulement pour contrer les groupes armés terroristes, mais également en cas d’intervention des troupes de la Cédéao.

Le capitaine Ibrahim Traoré assure par ailleurs qu’il n’y a pas de malaise au sein des forces armées, malgré les derniers évènements survenus dans le pays. Face aux velléités de déstabilisation, le président de la transition menace de sévir. Ce sera désormais la tolérance zéro prévient-il. Tous ceux qui se mettront au travers de son chemin dans la lutte qu’il mène contre les groupes armés terroristes et contre l’impérialisme seront punis.

Afrika Stratégies France avec RFI

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus