Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

Des ministres sud-africains « pris en otage » lors d’une rencontre avec des anciens combattants

1 058

Les forces de sécurité sud-africaines sont intervenues pour libérer trois ministres du gouvernement retenus contre leur gré dans un hôtel de Pretoria lors d’une réunion houleuse avec des vétérans anti-apartheid, ont annoncé des responsables.

Les agents de sécurité ont libéré jeudi soir la ministre de la Défense Thandi Modise et ses deux collègues après une impasse de trois heures avec les anciens combattants et ont arrêté au moins 56 personnes sur les lieux, a annoncé l’agence de sécurité NATJoints.

L’agence a refusé de donner des détails sur l’opération de sauvetage, mais a déclaré qu’aucun coup de feu n’avait été tiré.

Espace pub 830 X 140

Modise, son adjoint Thabang Makwetla et Mondli Gungubele, un ministre à la présidence, avaient rencontré les vétérans pour entendre leurs doléances sur la compensation pour leur rôle dans la lutte anti-apartheid, ont déclaré des responsables.

Lorsque les ministres et les anciens combattants ne sont pas parvenus à un accord, ils ont décidé d’ajourner, a déclaré Gungubele dans une déclaration vidéo.

« Alors que nous quittions la réunion en nous dirigeant vers les portes, ils (les anciens combattants) ont fermé les portes. C’est à ce moment-là que nous avons réalisé que nous étions pris en otage », a déclaré Gungubele.

« C’est une situation qui a été évitée par les forces de sécurité, très efficacement et avec succès », a-t-il ajouté. Il a par la suite déclaré aux journalistes que les anciens combattants n’avaient pas fait usage de la force.

Un porte-parole du groupe d’anciens combattants de la guerre de libération a déclaré que les membres n’avaient retenu personne en otage mais avaient dit aux ministres de ne pas partir tant qu’ils n’auraient pas accepté de les rencontrer avec le vice-président.

« Nous leur avons dit qu’écoutez ici les gars, nous ne pouvons pas vous permettre de sortir avant d’avoir facilité cette réunion », a déclaré Lwazi Mzobe à Newzroom Afrika.

La National Joint Operational and Intelligence Structure (NATJoints), qui coordonne les opérations de sécurité, a déclaré que des officiers avaient emménagé après l’échec des tentatives de négociation avec les anciens combattants.

Les 56 personnes feraient probablement face à des accusations d’enlèvement, a ajouté l’organisation. Il n’y a eu aucune déclaration immédiate d’aucune des personnes arrêtées ni d’aucun avocat les représentant.

« Lors du traitement des suspects, trois d’entre eux ont été emmenés pour des contrôles médicaux après s’être plaints de douleurs », a ajouté l’agence.

Le ministre de la Défense Modise a également refusé d’entrer dans les détails sur la façon dont ils ont été sauvés.

« Nous ne sentions pas que nos vies étaient en danger. Nous étions mécontents de nous être vu refuser de partir alors que la réunion avait clairement avorté », a-t-elle déclaré aux journalistes.

Afrika Stratégies France avec  Reuters Afrique

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus