Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

Procès du 28-Septembre en Guinée: mis en difficulté, «Toumba» s’énerve à la barre

114

Aboubacar Sidiki « Toumba » Diakité, l’un des 11 prévenus jugés pour le massacre du stade de Conakry qui fit au moins 156 morts le 28 septembre 2009, a comparu mardi 1er novembre pour la 6ème fois. Celui qui avait fait forte impression les jours précédents a été déstabilisé, les avocats de ses co-accusés ayant réussi à mettre en lumière les incohérences de son récit.

Cela fait plus d’un mois déjà que le procès du massacre du stade de Conakry s’est ouvert en Guinée. Très à l’aise face à la cour depuis le début, Aboubacar « Toumba » Diakité s’est montré plus nerveux mardi 1er novembre. L’audience a été marquée par quelques moments compliqués pour l’ancien aide de camp, explique notre correspondant à Conakry, Matthias Raynal.

Dans la matinée, Me Pépé Antoine Lamah, l’un des avocats de l’ex-chef de la junte, Moussa Dadis Camara, a pris la parole. En une question, il a pointé les contradictions de « Toumba » : « Comment se fait-il que vos déclarations tenues quelques mois après les événements du 28 septembre dans la presse sont différentes de celles consignées dans les procès-verbaux d’interrogatoires à Dakar comme à Conakry ? »

Pendant plus de trois heures, « Toumba » a été interrogé. Il a d’abord tenu sa ligne : « Il n’y a pas de contradiction. Ce que je donne à cette barre, c’est ma version des faits. » Puis, l’accusé a fini par s’embrouiller. Le médecin militaire a momentanément perdu de sa verve, se réfugiant dans le silence. « J’ai déjà répondu à cette question », a-t-il répété, avant de finir par s’énerver. Dans la salle, le ton est monté et la cacophonie s’est installée.

Les Guinéens satisfaits que justice soit rendue dans leur pays

Depuis son ouverture le 28 septembre dernier, les Guinéens s’intéressent à tous les aspects du procès du massacre de 2009. Pour eux et pour les observateurs, les magistrats relèvent parfaitement le défi. Ils sont même admirés par certains, relate Mouctar Bah dans la capitale.

Issagha Diallo gérant dans le quartier de Cosa, dans la banlieue de Conakry, s’exprime : « Je tiens à ce que ce procès se tienne ici pour la crédibilité de notre justice. En plus, le massacre a eu lieu dans le pays, chez nous. Donc, je tiens vraiment à ce que ça se tienne ici. C’est bon pour les magistrats, ça leur donne de la valeur pour que ce ne soit pas trop dépendant des autres. Il ne faut pas qu’on envoie jusqu’à La Haye, en Hollande, là-bas [aux Pays-Bas, où se trouve la Cour pénale internationale, NDLR]. Finalement, nous avons aussi de bons magistrats. »

Les kiosques et lieux publics ne désemplissent pas à cause des retransmissions en direct sur certaines chaines de télé privé. Ibrahima Chérif, un autre Conakryka, est un fervent téléspectateur :

« Ce procès est vraiment passionnant. Il attire du monde dans les kiosques et autres lieux publics. C’est devenu un passe-temps pour les chômeurs, mais aussi dans les bureaux, et pour cause. Les protagonistes, je veux dire le parquet et les avocats de tous bords, rivalisent d’ardeurs avec des arguments à l’appui. Chaque partie tente de confondre son adversaire pour gagner les faveurs du tribunal. C’est vraiment intéressant à suivre. »

Afrika Stratégies France avec RFI

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus