Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

Ni terrorisme ni guerre : le chômage est la plus grande source d’insécurité en Afrique de l’Ouest

147

Le binôme sécurité et Afrique déclenche toutes les alarmes de la pensée : terrorisme à caractère religieux, guerres interethniques ou trafics de biens et de personnes. Les agendas sur la sécurité de la région ouest-africaine sont conditionnés par la géopolitique et les intérêts économiques de l’État et, à plusieurs reprises, marqués par les grandes agences médiatiques internationales. Une initiative du laboratoire LASPAD(Laboratoire d’analyse des sociétés et du pouvoir Afrique-Diaspora) de l’Université Gaston Berger de Saint Louis (Sénégal), démarré en 2018 par une équipe académique dirigée par le sociologue Rachid Id Yassine dans trois pays de la zone (Sénégal, Gambie et Guinée Bissau), cherche à discerner quelles sont les véritables inquiétudes de la population quant à leur sécurité. Les résultats sont, dans cet ordre, l’accès à l’emploi et au chômage, l’accès et la distribution d’eau potable, la gestion des pollutions et des déchets.

versitaires, des forces de sécurité et des organismes, des acteurs de la société civile tels que des femmes de Casamance qui travaillent comme médiatrices de paix et des avocats, entre autres, sept dimensions ont été définies pour analyser ce concept complexe : contexte, expériences de vie , exposition à différents types de violences, évaluation de l’action publique de l’État en matière de sécurité mais aussi des organisations internationales et de la société civile, et participation citoyenne à l’action de sécurité.

Appuyée par une quarantaine d’experts, l’équipe de recherche du LASPAD a réalisé en mars 2019, une étude de la perception de la gouvernance sécuritaire dans trois quartiers de huit localités de l’espace Sénégambie : Dakar, Saint Louis, Tambacounda et Zinguichor au Sénégal ; Banjul et Bwiam en Gambie, et Bissau et Farim en Guinée Bissau. Au total, 1 480 personnes ont été interrogées.

Espace pub 830 X 140

Quels sont les principaux problèmes dans votre quartier? Avez-vous été victime d’un vol au cours des 12 derniers mois? Comment êtes-vous exposé à la violence liée à l’extrémisme religieux ? Quel genre de confiance la police de votre pays vous accorde-t-elle ? Ce sont quelques-unes des 63 questions adressées directement à la population par une équipe d’enquête qui les a traduites en français, anglais et portugais, mais surtout, dans les langues locales (Wolof, Pulaar, Créole) et qui a assuré un profil équilibré entre les sexes. , âges, niveau d’études ou catégories socioprofessionnelles.

Les données collectées ont été exploitées et remontées dans un Baromètre de la Sécurité Citoyenne (BSC), une base de données cartographiée et en ligne qui permet une lecture à différentes échelles territoriales, sur les différentes problématiques de sécurité analysées, séparément ou unifiées.

60,5 % des personnes interrogées affirment qu’elles « se sentent en sécurité dans leur quartier » ou qu’elles « vivent bien dans leur quartier » (62,8 %)

L’outil produit un indice de sécurité citoyenne (ICS) qui rend compte des perceptions de la situation sécuritaire par les citoyens eux-mêmes. Sur une échelle de -10 à +10, l’indice moyen de la zone d’étude était de 6,35, ce qui indique qu’elle a une « bonne situation sécuritaire », selon ses habitants. Avec 5,38 la Guinée Bissau a la perception la plus négative des trois pays, la moyenne étant de 6,16 au Sénégal et de 7,25 en Gambie.

Le baromètre, officiellement publié en octobre 2020, doit être périodiquement mis à jour avec les mêmes questions de l’enquête initiale, mais aussi en incluant d’autres qui ont émergé et qui sont également d’intérêt citoyen, comme la question migratoire ou l’impact de la pandémie de le covid-19.

Dans mon quartier tu vis bien

60,5 % des personnes interrogées affirment qu’elles « se sentent en sécurité dans leur quartier » ou qu’elles « vivent bien dans leur quartier » (62,8 %) et plus de 80 % déclarent n’avoir subi « aucune forme d’agression » dans le dernier anus.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de problèmes. Parmi les difficultés identifiées dans les enquêtes, la principale indiquée est l’accès à l’emploi et au chômage avec 15,74 % ; le deuxième est l’accès et la distribution d’eau potable (11 %) et, troisièmement, la pollution et la gestion des déchets, identifiés par 10 % des personnes interrogées.

Parmi les dangers mentionnés ne figurent pas ceux présentés dans les médias et les débats publics tels que le terrorisme, les violences religieuses, sexuelles ou interethniques. Ces problèmes ne représentent que 2% des réponses. Ce sont les plus courantes, comme la délinquance ou le crime organisé et la violence politique, qui sont soulignées par les personnes interrogées comme la principale menace dans leurs quartiers respectifs. Les gens se sentent plus contraints par le trafic de drogue (43,6%) que par le risque d’attentat terroriste (3,8%).

Le sentiment d’insécurité est particulièrement fort en Guinée Bissau, avec 50% des personnes interrogées l’exprimant.

Le sentiment d’insécurité est particulièrement fort en Guinée Bissau, avec 50% des participants à l’étude l’exprimant, contre seulement 14% en Gambie. C’est dans ce pays que se situe le seul quartier dont l’indice de sécurité est « excellent » : Kankuntu, dans la ville de Bwiam.

Bien que le rapport de l’étude ne ventile pas les résultats par sexe de la personne interrogée, selon le géographe Khalifa Diop, l’un des responsables de l’étude, ils ont découvert que « le harcèlement des femmes dans la rue ou la violence sexiste sont une préoccupation de la population car ils constituent pour eux un facteur d’insécurité quotidienne ».

L’enquête prend en compte le sentiment de cohésion sociale dans le quartier. C’est en Gambie que l’aide est constante entre les citoyens, comme l’indiquent 60% des formulaires, alors qu’en Guinée Bissau la solidarité de voisinage est plus faible.

Autre information intéressante, la grande majorité des personnes interrogées considère que l’implication des citoyens dans les questions de sécurité est importante (96 %) et qu’elle ne doit pas relever exclusivement des forces de l’ordre, qu’elles soient publiques ou privées.

Le droit à la sécurité humaine

Atelier à Dakar où les résultats du rapport sur la perception de la sécurité en Afrique de l'Ouest ont été analysés.
Atelier à Dakar où les résultats du rapport sur la perception de la sécurité en Afrique de l’Ouest ont été analysés. LAURA FEAL

Selon Rachid Id Yassine, l’objectif du baromètre est « de disposer d’un outil de mesure de la sécurité humaine, pérenne et structurelle » qui puisse offrir « une vision réaliste des différentes menaces qui pèsent sur le quotidien des personnes ».

« L’intérêt de cette base de données est qu’à partir des instances de décision, les stratégies politiques peuvent être orientées en fonction des attentes et des besoins réels de la population, et non en fonction d’un agenda médiatique qui met en lumière un certain nombre de phénomènes habituellement couverts journaux et télévisions », affirme le directeur de l’étude. « Les collectivités territoriales en charge de la sécurité, la police municipale, les pompiers, le SAMU, les structures étatiques et interétatiques comme la CEDEAO, ou les organisations internationales comme l’ONU, d’autres acteurs de la société civile comme les ONG ou les associations sont alors les principaux destinataires potentiels » de l’information produit par le LASPAD, ajoute-t-il.

L’universitaire souligne que l’étude a été réalisée par une université publique, « qui répond à des critères d’impartialité et de recherche scientifique, contrairement à d’autres enquêtes possibles menées par des entreprises privées qui peuvent avoir des préjugés pour vouloir faire du lobbying sur une question stratégique ou économique « . Et il estime que c’est pourquoi les citoyens « devraient s’approprier cet outil qui peut aider leur voix à atteindre les instances décisionnelles ».

Id Yassine explique que l’étude pilote Sénégambie a tenté de résoudre certaines questions « comme l’utilisation des différentes langues, la gestion des zones frontalières et les problèmes du local à l’interétatique », et que par conséquent le laboratoire travaillera à l’extension de l’outil dans un second temps. au Mali, au Burkina Faso et au Niger, et probablement un tiers en Libye et en Tunisie.

Élections en Gambie 2021

Selon la politologue Beatriz Mesa, membre du LASPAD, « le baromètre sert également à mesurer les niveaux de perception de la sécurité et de l’insécurité de la population dans des contextes spécifiques, et nous nous préparons donc à l’utiliser lors des élections gambiennes ».

« Son utilisation est prévue en trois phases : une avant le jour du scrutin qui servira à étudier la perception du public sur les candidats et les programmes électoraux, mais aussi sur le processus de transition dans lequel le pays est plongé depuis cinq ans après la frustration coup d’État (de Yahya Jammeh) et les promesses de l’actuel président ( Adama Barrow ) qui ne sont pas tenues , comme la limitation de la durée des mandats, ce qui nécessite un changement constitutionnel », explique Mesa.« Des sondages seront également organisés le jour du scrutin et les jours suivants, qui sont des moments cruciaux. »

Selon le groupe d’étude, les trois étapes peuvent potentiellement être marquées par des actes de violence dus à des causes politiques, économiques ou sociales, l’objectif du baromètre serait donc de pouvoir « anticiper l’escalade de la violence à partir d’indicateurs ou de signes avant-coureurs. permettant de mobiliser les citoyens pour surveiller et limiter ces menaces « qui pourraient également influencer le résultat électoral.

Afrika Stratégies France avec El PAÍS

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus