Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

Les partis tunisiens s’engagent à combattre le « régime autocratique » du président

820

Les partis politiques tunisiens se sont engagés à lutter contre la décision du président Kais Saied de les exclure des principales réformes politiques, notamment la rédaction d’une nouvelle constitution, l’accusant de chercher à consolider un régime autocratique.

Saied, qui a pris le pouvoir exécutif l’été dernier et dissous le Parlement pour gouverner par décret, a depuis déclaré qu’il remplacerait la constitution démocratique de 2014 par une nouvelle constitution via un référendum le 25 juillet et organiserait de nouvelles élections législatives en décembre.

Vendredi, il a nommé un professeur de droit à la tête d’un comité consultatif d’experts en sciences juridiques et politiques pour rédiger la nouvelle constitution d’une « nouvelle république », excluant les partis politiques du processus.

Espace pub 830 X 140

Le Front de salut national, qui chapeaute plusieurs partis et militants, dont Ennahda, Heart of Tunisia, Karama et la coalition Citoyens contre le coup d’État, a décrié cette décision comme une autre étape dangereuse vers l’enracinement du pouvoir d’un seul homme.

« Nous ferons face à la nouvelle étape de son régime autocratique avec des manifestations dans les rues et en unissant le front de l’opposition pour renverser le coup d’État », a déclaré à Reuters un responsable d’Ennahda, Riadh Chaibi.

Saied nie les accusations de ses opposants selon lesquelles il aurait organisé un coup d’État pour s’emparer du pouvoir, affirmant que son intervention était légale et nécessaire pour sauver la Tunisie d’années de paralysie politique et de stagnation économique aux mains d’une élite corrompue et intéressée qui avait pris le contrôle du gouvernement .

Le président a néanmoins suscité une large opposition à travers l’éventail politique tunisien.

Le Parti constitutionnel libre, dont le chef Abir Moussi est un partisan du défunt président autocratique, Zine El Abidine Ben Ali, et un ennemi acharné d’Ennahda, a également rejeté la décision d’exclure les partis de la rédaction d’une nouvelle constitution et d’autres réformes. Il a appelé à une manifestation de masse le 18 juin.

« Ce qui se passe est une dictature mais nous ne laisserons pas la Tunisie en otage entre les mains de Saied », a déclaré Moussi.

Dans une déclaration commune, les partis Attayar, Républicain et Ettakatol ont appelé les partis, la société civile et les dirigeants nationaux à affronter « cette farce et à renverser le coup d’État ».

Afrika Stratégies France avec Reuters Afrique
LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus