Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

Le Maroc décide de « reconsidérer » ses relations avec le Parlement européen

3 297

Pour protester contre une résolution votée par les élus européens s’inquiétant de la liberté de la presse et d’allégations de corruption au Maroc, les parlementaires de ce pays ont décidé lundi de « reconsidérer les relations avec le Parlement européen et de les soumettre à une évaluation globale ».

Les parlementaires du Maroc ont décidé unanimement lundi 23 janvier de « reconsidérer » les relations avec le Parlement européen et rejeté toute « ingérence » dans les affaires du Maroc, en réponse à une résolution des eurodéputés s’inquiétant de la liberté de la presse dans le pays.

Les deux chambres du Parlement se sont réunies en séance plénière à Rabat pour « évaluer » la résolution du Parlement européen, qui s’est également inquiété des allégations de corruption pesant sur ce pays.

Dans une déclaration publiée à l’issue de la séance, le Parlement marocain a estimé que cette résolution constitue « une attaque inacceptable contre la souveraineté, la dignité et l’indépendance des institutions judiciaires du royaume ». « Elle a gravement nui au capital confiance entre les deux institutions législatives », est-il écrit dans cette déclaration.

En conséquence, l’assemblée marocaine « a décidé de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen et de les soumettre à une évaluation globale », a indiqué, sans plus de détails, Rachid Talbi Alami, président de la Chambre des représentants.

Le Maroc et l’Union européenne (UE) sont liés depuis 1996 par un accord d’association qui couvre d’étroites relations économiques et commerciales, en particulier dans le domaine de l’agriculture et de la pêche.

Les « décisions (des eurodéputés) ne vont pas nous intimider et nous n’allons pas changer notre trajectoire et nos approches », a affirmé Mohamed Ghiat, le président du groupe du Rassemblement national des indépendants (RNI), le principal parti de la majorité.

« L’odeur du gaz »

Plus particulièrement visée : la France, ancienne puissance coloniale, accusée « d’orchestrer » une campagne antimarocaine à Bruxelles. « Dans les coulisses de cette décision se cache un pays que l’on croyait ami et partenaire sûr mais l’odeur du gaz lui a fait perdre sa tête », a opiné Ahmed Touizi, un autre député de la majorité, en référence au rapprochement entre Paris et Alger, rivale régionale de Rabat.

Dans un texte adopté à une large majorité la semaine dernière à Strasbourg, le Parlement européen a enjoint les autorités marocaines à « respecter la liberté d’expression et la liberté des médias » et à mettre fin au « harcèlement de tous les journalistes ». Les élus se sont également dits « profondément préoccupés » par « les allégations selon lesquelles les autorités marocaines auraient corrompu des députés au Parlement européen ».

« Le Maroc en a assez du deux poids, deux mesures », a déclaré à l’AFP Abdelmajid Fassi Fihri, député du parti de l’Istiqlal, une formation gouvernementale, déplorant que le Parlement européen n’ait pas condamné les atteintes à la liberté de la presse en Algérie.

Quelques députés de partis de gauche marocains ont néanmoins réclamé « la libération de tous les prisonniers politiques » au Maroc.

Des accusations « fabriquées », selon des ONG

À Strasbourg, les eurodéputés ont mis en lumière le cas d’Omar Radi, un journaliste indépendant de 36 ans critique envers le pouvoir, condamné à six ans de prison ferme pour « viol » et « espionnage », accusations qu’il nie. Ils ont demandé sa remise en liberté provisoire, ainsi que celle de Taoufik Bouachrine, 54 ans, ex-patron de presse emprisonné depuis 2018, et de Soulaimane Raissouni, 50 ans, autre journaliste condamné à cinq ans de prison en 2022.

Tous les trois ont été condamnés pour des accusations à caractère sexuel, lesquelles, selon des ONG de défense des droits humains, ont été « fabriquées » par les autorités marocaines.

La résolution du Parlement européen adoptée à Strasbourg a été saluée par Amnesty International, Reporters sans frontières (RSF) et les comités de soutien des détenus d’opinion au Maroc.

Afrika Stratégies France avec AFP 

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus