Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

COTE D’IVOIRE : KKB entame pompeusement à Paris la tournée de la réconciliation

55 491

Après avoir fait le tour du pays, le ministre de la réconciliation et de la cohésion nationale sort des frontières ivoiriennes. Kouadio Konan Bertin (KKB) entend ainsi associer plus que jamais la diaspora au processus de réconciliation en cours. Paris a été dimanche dernier l’apothéose d’une tournée dont la grande partie se fera sans fanfaronnades. Décryptage !

« Vous, qui composez la 32ème région de notre pays, vous êtes essentiels à la réconciliation. Vous avez, au même titre que ceux qui vivent au pays, le pouvoir d’agir sur les aspects sociaux et politiques. Votre responsabilité est tout aussi grande. » D’entrée de jeu ce 5 juin à Paris, le discours du ministre ivoirien de la réconciliation et de la cohésion nationale sonne comme un appel et un rappel de ce que semble déjà savoir l’assemblée. Les ivoiriens se sont massivement mobilisés pour l’occasion. KKB insiste sur la main tendue d’Alassane Ouattara dont il ne doute pas de la bonne foi, appelant ses compatriotes à faire confiance au président de la République. « Quand Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo se parlent, quand ils échangent avec le Président de la République et son gouvernement, c’est une victoire pour notre pays » avoue celui qui était pourtant l’unique adversaire du président ivoirien lors de la présidentielle d’octobre 2020. Son séjour très politique vise surtout « à n’écarter personne » car, selon KKB, « la réconciliation a besoin de tous ».

Hautement politique

Espace pub 830 X 140

Un coup de chance ? La coïncidence est trop belle pour être vraie. A la veille du départ du ministre d’Abidjan, l’opposant Charles Blé Goudé qui a été acquitté par la Cour pénale internationale après huit années de détention a reçu son passeport. Une demande faite depuis plus d’une année et qui est restée sans suite. Désormais, le tribun du gbagboitisme peut regagner le bercail et ce dernier ne s’est pas caché de citer parmi les personnes qui l’y ont aidé le ministre de la réconciliation avec qui il entretient une amitié assumée. Peu après son arrivée le 4 juin à Paris, Kouadio Konan Bertin a reçu son homologue Mamadou Touré. Si les deux hommes sont proches par leur jeunesse, la présence du ministre de la promotion de la jeunesse montre aussi combien cette rencontre est politique. Proche d’Alassane Ouattara, ce dernier apparaît comme l’un des piliers montants de la majorité présidentielle. En marge de leur rencontre et profitant de la soirée de gala des Wê, ethnie ivoirienne, Konan Kouadio Bertin est revenu sur la célébration du 15 novembre, journée nationale de la paix initiée depuis 1996 par l’ancien ministre de l’intérieur, Emile Constant Bombet. « Je veux que l’édition de cette année apaise les cœurs dans la région du Guémon » a insisté KKB faisant allusion à la sanglante crise postélectorale qui a rendu tristement célèbre l’emblématique ville de Douekoué (ouest). Le ministre a exhorté les personnes présentes au gala en particulier et toute l’ethnie en général « à ne pas manquer le rendez-vous du 15 novembre prochain ». Et comme la musique est le fondement culturel de la société ivoirienne, les artistes n’ont pas été en marge de cette tournée française.

Quelques grands noms de la musique ivoirienne

Avant la rencontre proprement dite du 5 juin, des personnalités se sont discrètement succédées à l’hôtel du ministre pour quelques échanges. Au cœur des discussions, la réconciliation et la contribution attendue de la diaspora ivoirienne. « Elle est l’une des plus importante de l’Afrique » reconnait Kouadio Konan Bertin qui insiste sur le fait qu’on « la retrouve dans tous les confins de la planète ». Il veut ainsi faire de cette diaspora une entité associée au processus en cours. Il a donc reçu plusieurs artistes engagés en exil et membres de la société civile pour échanger avec eux sur la nécessité d’aller à la réconciliation en attrapant la main tendue du Président Ouattara. Serge Kassi, Abou Galiet, François Kency ou encore la légende Gadji Céli ont répondu présents et ont promis « leur apport sans concession ». La grande rencontre a duré une demie journée, dimanche à Rue du colonel Pierre Avia dans le XVe arrondissement de Paris. Salle comble comme si la diaspora « est déjà en avance sur la question de la réconciliation » remarquera un membre de la délégation ministérielle. Dans la foule, Maurice Bandaman, ambassadeur de la Côte d’Ivoire en France, Ly Ramata, ancienne ministre ou encore, Mamadou Touré qui a fait exprès le déplacement depuis Abidjan.

KKB restera encore une dizaine de jours en France pour multiplier des rencontres et concertations alors qu’il est déjà annoncé dans d’autres pays européens notamment la Grande Bretagne le mois prochain.

Afrika Stratégies France

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus