Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

Madagascar: la Haute Cour constitutionnelle étudie les 15 requêtes déposées après la présidentielle

12 564

À Madagascar, la Haute Cour constitutionnelle a du pain sur la planche. Alors que l’institution doit encore confirmer la victoire d’Andry Rajoelina, réélu chef de l’État au premier tour samedi 25 novembre, elle a reçu depuis pas moins de quinze requêtes. Toutes pointent des irrégularités avant et pendant le vote du 16 novembre. Parmi elles, neuf viennent de l’opposant et député du Sud, Siteny Randrianasoloniaiko, et six autres du président sortant Andry Rajoelina lui-même. Ce dernier estime avoir gagné « plus de voix » que celles attribuées par la Céni.

Avec notre correspondante à Madagascar, Pauline Le Troquier

Pour l’équipe d’Andry Rajoelina, c’est à l’intérieur des bureaux de vote que les irrégularités se sont jouées. Lalatiana Rakotondrazafy, porte-parole de la campagne du président sortant, revendique une victoire du président sortant plus large qu’annoncé :

Espace pub 830 X 140

« Nous estimons avoir gagné plus de voix que celles attribuées par la Céni. Comment pouvez-vous expliquer, par exemple, que dans des bureaux de vote où nous sommes sûrs d’avoir obtenu des voix, on gagne sur les procès-verbaux zéro voix ? C’est pas possible. Mêmes nos délégués à nous n’auraient pas voté pour nous. Nous avons des témoignages qui confirment que dans certains [bureaux de vote] beaucoup de gens ont voté pour nous, or, ce n’est pas reflété dans les documents de vote. »

Le camp d’Andry Rajoelina accuse « certains candidats »

Pour la porte-parole, déposer ces requêtes ne signifie pas remettre en cause les institutions électorales, ni la crédibilité du scrutin. Sans les nommer, elle attribue ces irrégularités à « certains candidats » qui auraient « peut-être soudoyé des délégués » le jour du vote.

À ces six requêtes, s’ajoutent neuf autres venues du camp adverse, celui du candidat Siteny Randrianasoloniaiko. La plupart concerne l’annulation et la contestation des résultats. Il s’agit aussi de pointer des achats de voix faits « aux yeux de tous » par le président sortant avant le scrutin, assure maître Andry Fiankinana, avocat de l’opposant : « À partir du moment où ils [les partisans d’Andry Rajeolina – NDLR] ont également déposé des requêtes, cela ne fait que confirmer et acter les irrégularités que tout le monde, y compris les observateurs nationaux et la société civile, ont relevées. »

Peur des « représailles »

Aucune requête n’a été déposée pour autant par l’observatoire de la société civile Safidy. Jointe par RFI, la porte-parole de cette mission – la plus grande déployée pendant l’élection – dit y avoir renoncé « par peur de représailles à l’encontre de ses agents ».

Les juges de la Haute Cour Constitutionnelle ont commencé à étudier les 15 requêtes des candidats numéro 3 et 13 lors d’une audience publique mardi matin. Devant leur grand nombre, le secrétaire général de l’institution, Firiana Rakotonjanahary Ranesa, se veut rassurant : « On est confiants, on va tenir les délais de publication des résultats avant le 4 décembre. »

Afrika Stratégies France avec RFI

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus