Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

Libération d’Olivier Dubois et de Jeffery Woodke: quel rôle a joué le Niger?

7 819

Le journaliste français Olivier Dubois, otage pendant près de deux ans de jihadistes au Mali, a quitté ce mardi matin le Niger pour Paris après sa libération survenue en même temps que celle d’un autre otage américain retenu, lui, pendant plus de six ans.

À leur retour, les deux otages ont remercié la France et le Niger, raconte Gaëlle Laleix, du service Afrique de RFI. Les États-Unis, quant à eux, ont exprimé leur gratitude vis-à-vis de Niamey pour « avoir permis le retour à la maison » de Jeffrey Woodke, a déclaré Jake Sullivan, le conseiller américain à la sécurité nationale.

Un grand secret entoure les conditions de libération des deux otages. L’implication de l’État nigérien dans des négociations ne fait en revanche plus de doutes. Une dizaine de jours avant la libération d’Olivier Dubois, le chef d’état-major de l’armée nigérienne était arrivé à Bamako où il avait été reçu par le président de la transition, le colonel Assimi Goïta, écrit notre correspondant régional, Serge Daniel. Le haut gradé nigérien était officiellement venu parler des problèmes de sécurité entre les deux pays qui ont une frontière commune. Le sort du journaliste avait-il été évoqué discrètement ?

« Le savoir-faire des services nigériens »

La certitude, c’est que, au fur à mesure que les relations entre le gouvernement français et les militaires maliens se dégradaient, les négociations avec les ravisseurs d’Olivier Dubois n’avançaient plus vraiment. Paris aurait donc sollicité Niamey pour accélérer les démarches.

C’est ce que pense Abba Sedick, essayiste nigérien, ex-rédacteur en chef à Jeune Afrique et spécialiste du Sahel, pour qui « les services nigériens […] ont construit une certaine expertise dans les négociations difficiles » : « Comme l’a dit Pierre Legrand [otage durant plus de trois ans au Sahel, entre 2010 et 2013, NDLR], lorsque le président Mahamadou Issoufou s’installe au pouvoir en 2011, il hérite de ce dossier puisqu’ils avaient été enlevés en septembre 2010 à Arlit. Et une de ses préoccupations, c’est justement d’obtenir rapidement des résultats. » Il poursuit : « Le président Mohamed  Bazoum a une connaissance de ce dossier puisqu’il était ministre des Affaires étrangères au moment du premier épisode. Il a été ministre de l’Intérieur. Donc, lui-même a une connaissance de cette question. Mais il s’est entouré aussi d’une « Task force » dont il a hérité du président Issoufou, qu’il a maintenue, et [bénéficie du] savoir-faire des services nigériens puisqu’ils ont obtenu il y a quelques mois, au mois d’août, la libération d’une otage américaine. »

Olivier Dubois et Jeffrey Woodke étant sur le territoire malien, il a fallu la coopération d’« hommes de terrain ». On parle de plus en plus d’un médiateur connu de la région malienne de Kidal, qui aurait joué un rôle central entre les jihadistes et les autorités nigériennes.

Depuis février 2022, celles-ci ont amorcé des discussions avec des groupes terroristes. Un premier succès a été rencontré en août, avec la libération d’une religieuse américaine, Sœur Suellen Tennyson. Des sources proches du dossier avaient alors assuré à RFI qu’aucune rançon n’avait été payée. Un membre d’un groupe armé avait en revanche été libéré.

La question d’éventuelles contreparties

Sur la question d’éventuelles contreparties, notre journaliste David Baché ajoute durant une édition spéciale de RFI : « Les déclarations officielles disent qu’il n’y a pas eu de rançon. Des sources sécuritaires nigériennes assurent qu’il n’y a pas eu non plus d’échanges de prisonniers. En tout état de cause, il est difficile de penser qu’il n’y a eu aucune contrepartie. Mais au moment où nous parlons, nous sommes incapables de dire ce qu’ont été ces éventuelles contreparties. »

Le paiement d’une rançon pour la libération d’Olivier Dubois et Jeffrey Woodke « semble un scénario bien éloigné de la vérité » confie un conseiller de la présidence nigérienne. La fin de leur captivité intervient quelques jours après la visite à Niamey du secrétaire d’État américain, Anthony Blinken. Preuve tangible d’un solide partenariat.

Afrika Stratégies France avec RFI

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus