Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

La commission électorale libyenne commencera à enregistrer les candidats en novembre – chef de la commission

842

L’inscription des candidats aux élections présidentielles et législatives en Libye devrait s’ouvrir en novembre, a annoncé dimanche le chef de la commission électorale.

Les élections sont une étape clé dans un processus soutenu par l’ONU pour mettre fin à une décennie de violence en créant une nouvelle direction politique dont la légitimité est largement acceptée.

Mais les querelles sur la base constitutionnelle des élections, les règles qui les régissent et les questions sur leur crédibilité ont menacé de défaire le processus de paix ces derniers mois.

Espace pub 830 X 140

Le premier tour de l’élection présidentielle doit avoir lieu le 24 décembre. Un second tour, ainsi qu’une élection parlementaire, auront ensuite lieu à une date ultérieure, a déclaré le chef de la commission, Emad al-Sayah.

Il a déclaré que le processus d’enregistrement devrait s’ouvrir d’ici la mi-novembre, une fois les préparatifs techniques et logistiques terminés.

Mais la complexité du patchwork politique résultant des divisions entre l’est et l’ouest de la Libye signifie qu’il reste encore des obstacles à surmonter.

Bien que le parlement ait promulgué une loi autorisant la tenue de l’élection présidentielle le 24 décembre, il a également promulgué une autre loi stipulant que les élections législatives auront lieu séparément, à une date ultérieure. D’autres institutions politiques ont rejeté les propositions du parlement.

Le commandant de l’Est, Khalifa Haftar, a ouvert la voie à la présidence en déclarant en septembre qu’il quitterait ses fonctions militaires pour trois mois.

Haftar dirige l’Armée nationale libyenne (ANL) basée dans l’est et a fait la guerre aux factions occidentales après la scission du pays en 2014. Son offensive de 14 mois pour prendre Tripoli, dans l’ouest, a dévasté des zones de la capitale mais a été repoussée l’année dernière.

L’assistant du président du parlement, Aguila Saleh, a déclaré qu’il avait également démissionné de son poste afin de se présenter aux élections.

Des proches de Saïf al-Islam Kadhafi, fils du défunt leader déchu Mouammar Kadhafi et autrefois le deuxième homme le plus puissant de Libye, ont indiqué qu’il souhaitait également participer.

Afrika Stratégies France avec Reuters Afrique

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus