Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

TOGO 2020 : Accroché au pouvoir, Faure Gnassingbé pète ses derniers plombs

96 939

Journaliste d’investigation et  écrivain, MAX-SAVI Carmel est rédacteur en chef à Afrika Stratégies France. Auteur de « Togo, de l’état voyou à l’état de droit, la République menacée« , il couvre le Bénin  et le Togo pour New African, Le Magazine de l’Afrique et African Business (des publications de IC Publications à Paris). Il collabore aussi au média missionnaire de l’Eglise catholique, Aleteia. Il séjourne plusieurs fois par an au Togo dont il est témoin de l’histoire politique récente. TRIBUNE.

L’image est pathétique, presque pitoyable pour quelqu’un qui est arrivé au pouvoir par effraction et qui, pendant 15 années, peine à faire décoller l’économie, se contentant de gadgets sans impacts des rares rapports qui lui sont favorables. Pathétique parce que quand votre pays compte 6 millions de pauvres dont le tiers est frappé par l’extrême pauvreté, vous  n’apparaissez pas, une bonbonnière sous la langue, criant « craindre une honte l’année prochaine« , évoquant avec vile condescendance et machiavélique humour, une candidature qui n’a l’adhésion que de ces vautours qui vous entourent. Il est plutôt mignon de vous entendre évoquer 2020 en éwé, dialecte majoritaire de votre pays quand on sait qu’introverti, froid et en déphasage avec la réalité, vous n’en avez de réalités que les dernières illusions d’un enfant de président. Il est compréhensible et même excusable qu’en un demi siècle de gestion au pifomètre, marquée par une baronnie de voyous dans votre propre camp et quelques maladresses d’un gynécée qui ne vaut que par des escapades en canapés, qu’on ne sorte pas d’une forme de mongolie d’Etat que vous entretenez au gré de vos passions, de vos fantasmes, de vos rêves  trop résistants et de votre mépris pour votre propre peuple.

Faure Gnassingbé, rongé par l’excès de bonheur d’un pouvoir dont il savoure à dures dents les parties jouissives, dans lequel il est né et dont il a hérité, cheveux blanchis par les quelques rares moments de clairvoyance, profite d’un lancement du rapport de Doing business pour annoncer sa candidature. Dans un pays sérieux où, le taux d’endettement a dépassé les 85% (largement au dessus des 70% tolérés par l’Uemoa) avec une inflation de 2,9% que vous ne maitrisez que par le bas, et surtout où, une demande d’un peu plus d’un millier de passeports se fait quotidiennement par des jeunes en perdition qui veulent quitter l’enfer, il n’y a rien à vanter. Sauf, toute honte gardée, à boire jusqu’à la lie la vomissure de l’impudique. J’ai été ému, par la proposition du revenu minimum prévu par le Plan national de développement (Pnd), de 15.000f CFA (22€) par foyer pour 65.000 d’entre eux avant de déchanter. Ces milliards, au lieu de parvenir aux populations par un transfert d’argent mobile comme prévu, ont été distribués à mains volantes. Une bonne partie empochée par les « Saints Aumôniers » qui en  avaient la charge. Pour le reste, le soir venu, la moitié est partie presqu’en fumée. Autour des dépôts d’alcool, de chœurs fumants de tchoukoutou, bière locale, les villages bénéficiaires se sont réjouis. L’objectif  d’aider à sortir de la pauvreté a été bousculé par l’envie de quelques millilitres d’alcool brut  dans le sang provoquée par des années de dépression que vous infligez aux vôtres.

Espace pub 830 X 140

Tout cela ne dit rien à Faure Gnassingbé. Je connais des contrées où, à force de trop faire rire, le ridicule n’est plus risible, ni même satirique. Il est devenu banale, parce que la misère, la précarité, l’absence de tout a fait que rien n’est plus rien, sinon pas grand-chose, dans un monde où on a jamais rien eu que si peu de choses. Ca s’appelle, en français courant, misère à ciel ouvert. Quelle petitesse d’en être le roitelet gonflé par la vanité et la toute puissance, ivre de ce qu’on peut compter ad vitam aeternam sur une armée, grise et muette épicerie héritée de papa. Quelle obèse bourgeoisie dans l’insouciance et la pagaille d’Etat que celle de Papa Doc et de Bébé Doc, ici transposés loin de Port-au-Prince, dans le ciel étoilé d’un Lomé qui aurait eu tout pour être cette Suisse d’Afrique.  Helvétie gâchée ! Quel lugubre destin pour le Togo, petit pays de l’Afrique de l’Ouest d’avoir croisé le chemin de cette dynastie « Gnassingbé » ? Si vite devenue impitoyable et barbare à l’égard d’un peuple qui n’en a jamais rêvée et qui ne la mérite pas. Ne la mérite plus, ne l’a jamais méritée !

En 15 ans de pouvoir absolu, presqu’absolutiste et aussi bien totalitaire que total, qu’avez-vous fait cher Faure ? Entretenir le ballet des détournements ? Aller, chaque mois de juillet en une semaine de villégiature, au nord vous divertir aux rythmes des évalas, si exotérique pour le pacha que vous êtes? Voler les élections chaque cycle et attendre le prochain pour un majestueux bis reptita? Ecarter votre opposition pour gouverner seul, sans idée ni vision? Et comme l’inconscience a fait de l’estomac de vos proches des entonnoirs, vous vous êtes engouffrés de tous les postes même ceux de maires, arrachés par la fraude massive, les milliards que l’autre  alphabétisé supérieur de Bolloré, Charles Gafan s’est mis plein la poche, gracieusement. Il a utilisé 130 millions CFA (200.000 euros) pour corrompre des élus locaux et  vous obtenir quelques sièges de maires, loupant la mairie de Togoville si chère à votre directrice de cabinet et pour laquelle vous lui avez tout de même demandé de « faire le maximum ». La proximité qui dans son cas est devenue promiscuité avec le régime, le protège. Ah il est si intime, intimement intime à Sabine Mensah, chanceuse maman d’un président dont elle a quitté le Palais du Père plus tôt que de raison et trouve son rattrapage dans le fils dont le hasard a fait chef. Quel magnifique rattrapage pour cette catholique qui n’a de pieux que ces moments d’égarements au chapelet ou ces redondantes instruisions dans des couvents franciscains?

Un mandat, deux, trois… Et sans rien faire, vous rêvez, Monsieur le président, comme un songeur que réveillent d’un profond sommeil des bulles de champagne, d’un quatrième mandat. Je ne peux pas demander à un chef d’Etat, je n’en ai pas la légitimité, de renoncer à un mandat de trop. Le contexte sous-régional l’impose. Issoufou Mahamadou vous en donne l’exemple, vous préférez écouter votre lointain oncle, Alpha Condé. Le bon sens forcément vous le rappelle, sauf que dans ce palais de bal poussière où Brutus a perdu toute sensibilité, l’éthique et le bon sens ne sont que gueux psaumes qu’ânonne le sage inaudible dans l’oreille à moitié émasculée d’un troubadour.

Qu’avez-vous, Monsieur le Président, offert à votre pays en 15 ans ? Une truculente danse orientale de voleurs devenus tous, sous votre bénédiction des milliardaires ? Gnofame Nisao, Othet Ayassor, Ingrid Awadé,  Barqué Barry Moussa, Damipi Noupokou, Julie Bégédou, Victoire Dogbé, Mey Gnassingbé, votre jeune frère  et la marmaille… Ces fortunés qui ne doivent leurs caisses dorées qu’au vol à ciel ouvert, en toute impunité sous votre régime. Vos 40 voleurs. Il ne manquait qu’Ali baba, ah, tiens ! Vous ! Et ironie du sort, du triste sort, Ali Baba (Jack Ma), l’autre, le vrai, le milliardaire chinois est attendu à Lomé ce 14 novembre. Avec vous, il aura deux Ali(s), (vous et lui) et un Baba (Père), vous, pour une cargaison de voleurs dont le nombre s’accroit chaque jour, un peu plus. Vous êtes Père, père d’un peuple qui vous supplie par le silence que lui impose l’essoufflement de souffrance, de partir. Partir maintenant !

Je connais une courte prière qu’adore votre mère, « Jésus, Marie, Joseph, je vous aime, sauvez les âmes« , sauf qu’ici, il n y’ a plus d’âmes à sauver. En 53 ans de règne, votre père et vous en avez faits des cadavres. Secs et momifiés, au fond de la misère de votre humanité. Et en chef charognard, vous n’en finirez jamais d’en sucer le sang, noirci par la mort, venue il y a si longtemps !

MAX-SAVI Carmel,

Tunis, le 03 Novembre 2019

Cette tribune est le point de vue de son  auteur. La rédaction n’en partage pas forcément le fond et n’est, à cet effet, responsable que de sa publication.

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus