Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

COTE D’IVOIRE : Dix choses à savoir sur Kouadio Konan Bertin (Kkb)

33 473

Candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 en Côte d’Ivoire, Kouadio Konan Bertin dit Kkb garde une part de mystère sur sa personnalité. Houphouëtiste invétéré, contrairement à ce qu’on peut en penser, il a eu des moments de grandes proximités avec Henri Konan Bédié. A la veille du scrutin, Afrika Stratégies France le révèle à travers dix choses que vous ne savez pas du tout ou pas assez.

La campagne électorale prend fin le 29 octobre pour un scrutin prévu le 31. Après une longue tournée dans les principales villes du pays, le seul indépendant des quatre candidats retenus par le Conseil constitutionnel est arrivé ce lundi matin à Abidjan pour la phase finale. S’il est connu pour son audace, d’autres faces de sa personnalité échappent au grand public. Une petite compilation… en dix choses à savoir. Il est l’alternative la plus fiable dans le contexte actuel de la classe politique.

1- Bédié en parrain de mariage

Espace pub 830 X 140

Il ne l’oublie jamais et en parle encore aujourd’hui avec émotion plusieurs années après. Henri Konan Bédié a été son témoin de mariage. Un moment de proximité qu’il revoit comme un geste de gratitude. « Il fut longtemps pour moi un père » clame-t-il malgré les relations qui se sont dégradées entre les deux hommes. Depuis l’annonce de la candidature du « fils insaisissable » comme l’ancien président l’appelle, les deux hommes ne se parlent plus et devraient connaître une période de froid plus ou moins longue en fonction de la suite du processus. Mais le fils est catégorique, « je n’ai rien de personnel contre Bédié, je suis juste contre sa manière de gérer le parti » a-t-il tenu à préciser.

2- Croyant invétéré

Kouadio Konan Bertin c’est aussi un homme de foi pour qui « rien n’arrive par hasard ». Catholique à la foi inébranlable, il est attaché aux sacrements et marié religieusement, ne manque aucune occasion de participer à l’eucharistie. Pour lui, c’est Dieu qui donne le pouvoir et c’est d’ailleurs pour cela qu’il ne doute pas de son destin présidentiel. Il a répondu à l’appel de la Conférence épiscopale de la Côte d’Ivoire en priant chaque jour, depuis un mois, pour la paix dans son pays.

3- Planteur, fils de paysan

Il insiste sans cesse sur ces référents identitaires. Se définissant comme un planteur, celui qui ne s’est jamais éloigné des champs de café caco est fier de ses origines paysannes et les clame à l’occasion. Natif de Lakota (235 Km d’Abidjan), il rappelle avec fierté ses origines dida (par sa mère), baoulé (par son père), deux ethnies du sud et du centre du pays. Occultant son brillant parcours académique, il exhibe volontiers ses origines modestes et en partie, nobles.

4- Germanophile, francophile et panafricainiste

S’il a fait des études de langue allemande à l’Université de Cocody, commune d’Abidjan, ce cartésien très carré est resté un allemand dans l’âme. Mais pour ses contacts et réseaux, la France est un pied à terre. Il ne devrait pas, s’il est élu, modifier fondamentalement les accords notamment de défense qui lient les deux pays. Kkb pourrait aussi recentrer la coopération sur l’Afrique et les pays sud-sud, un sujet important pour ce patriote.

5- Acteur de la réhabilitation de Bédié

Il a vécu la chute d’Henri Konan Bédié comme une « plaie contre la démocratie » et a pris le devant du combat de réhabilitation de celui dont il est apparu comme le fils spirituel et politique. Usant du canal des chefs traditionnels boulé ainsi que de ses connaissances en Afrique et ailleurs, il a fini par obtenir, non seulement le retour au pays mais aussi la réhabilitation totale de Henri Konan Bédié. Depuis, avec sa candidature en 2015 et 2020, les deux se regardent presqu’en chiens de faïence.

6- Houphouëtiste à l’obsession

« Dans chacun de mes sommeils, Félix Houphouët-Boigny me parle, je communique avec lui » répète à l’occasion Kouadio Konan Bertin qui considère le Père de la Nation ivoirienne comme son maître absolu. C’est d’ailleurs ce panafricaniste des années 50 qui lui a inspiré la culture de paix dont il est aujourd’hui dépositaire. L’esprit du premier président ivoirien était perceptible dans chacun de ses meetings où, tout en lui rendant hommage, il rappelait sans cesse sa mémoire comme l’Ange gardien dont la protection et la bénédiction lui permettra d’entrer dans l’histoire électorale de son pays.

7- Passionné militant du Pdci-Rda

Il fait partie des militants de première heure du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), fondé en 1946 par Félix Houphouët-Boigny. Il y est entré, dès sa jeunesse, en militant et a gravi tous les échelons pendant des décennies. Il en dirigera la jeunesse avant d’être élu député du même parti. Bien qu’il ait, contre l’avis du bureau politique dont il est membre, été à la présidentielle de 2015 et celle de cette année, il se réclame toujours membre de l’ex parti état. Ses longues années de militantisme sont aujourd’hui à son profit, sa base électorale en est une illustrative résultante.

8- Contre l’alliance Pdci-Rdr

« J’estime que notre parti doit toujours avoir un candidat pour chaque élection, c’est ce qui nous caractérise » clame celui qui n’a jamais digéré le rapprochement entre le Pdci et la majorité présidentielle notamment le Rassemblement des républicains (Rdr) d’Alassane Ouattara. Pendant huit ans, les deux partis ont, dans la majorité, co-géré le pays. Kkb s’agace de ce que son parti soit, par ce fait, devenu co-responsable de la situation actuelle de la Côte d’Ivoire.

9- Favorable au retour de Gbagbo, Soro et Blé Goudé

Il l’a dit et redit pendant sa campagne, « aucun enfant de Côte d’Ivoire ne doit rester, contre son gré, hors de son pays ». Kkb veut mettre fin à l’exil qui cible aussi bien Laurent Gbagbo, l’ancien président de la République et deux autres piliers de la politique ivoirienne, notamment Charles Blé Goudé et Guillaume Soro. Si ce dernier est en exil à Paris, les deux autres sont encore sous un contrôle judiciaire que leur impose l’opposition de la Procureur de la Cour pénale Internationale à leur relaxe. Une fois élu, Kkb favoriser leur retour au pays.

10- Féroce opposant au tribalisme et à la xénophobie

Il n’a jamais été pour l’ivoirité, concept nationaliste et identitaire qui a secoué la Côte d’Ivoire des années 90. S’il partage le fait que le pays est, par plusieurs pans, tenu par des étrangers, il a évité de verser dans la vile xénophobie. Pendant sa campagne, tout en dénonçant à chaque fois la dioulatisation « promotion népotiste au profit de l’ethnie du chef de l’Etat », il a prôné une Côte d’Ivoire qui tende la main à chacun de ses fils, d’où qu’ils viennent.

Afrika Stratégies France

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus