Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

CÔTE D’IVOIRE/CORONAVIRUS : A 7 mois de la présidentielle, le gouvernement déclenche la guerre au Covid-19

61 925

Le Coronavirus se propage en Côte d’Ivoire, qui était pourtant auparavant relativement épargné par l’épidémie qui ébranle le monde. Le pays comptait au 24 mars 48 nouveaux cas, portant à 73 le nombre de cas confirmés, selon le ministère de la Santé. Face à la situation, le président Alassane Dramane Ouattara, s’est adressé à la nation lundi. Son gouvernement fait des pieds et des mains pour conjurer la pandémie d’autant que le pays organise une élection présidentielle fin octobre.

Alassane Dramane Ouattara a déclaré la guerre au Covid-19 ! L’épidémie n’épargne pas son pays, qui comptait au 24 mars, au total 73 cas, dont trois guérisons. Tout comme son homologue sénégalais Macky Sall, il a annoncé des mesures radicales telles que la mise en œuvre de l’état d’urgence, ou encore la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes. Les maquis, les restaurants, les cinémas, et les lieux de spectacles sont également fermés. Sans compter l’instauration d’un couvre-feu entre 21h et 5h00 du matin. Désormais, tous les déplacements non autorisés entre Abidjan et l’intérieur du pays sont également strictement interdits. Afrika Stratégies France a entamé une série d’articles sur l’Afrique et le Covid-19, celui-ci est le deuxième.

Ouattara ne veut prendre aucun risque

Espace pub 830 X 140

Le dirigeant ivoirien a aussi annoncé la gratuité totale du diagnostic et de la prise en charge de tous les cas confirmés, assurant qu’il débloquera 96 milliards de Fcfa qui seront injectés dans la lutte contre le coronavirus. Face à toutes ces mesures prises, le chef de l’Etat a appelé tous les Ivoiriens à faire preuve de discipline : « Je veux appeler chaque Ivoirienne et Ivoirien à la responsabilité, au civisme et à la discipline », a-t-il déclaré. Le chef de l’Etat a réduit au minimum ses activités et mis en garde son gouvernement. Gon Coulibaly se met d’ailleurs en confinement. Tout comme le chef d’Etat malien Ibrahim Boubacar Keita, ou encore le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, qui a aussi décidé à la mi-mars de se mettre en confinement pendant 14 jours après que son épouse a contracté le virus en revenant de Grande-Bretagne, le chef du gouvernement de Côte d’Ivoire, bien qu’il soit en bonne santé, a aussi annoncé mardi 24 mars, de s’auto-confiner après être entré en contact avec une personne déclarée positive au Covid-19 et de travailler depuis son domicile. Ce confinement contraint, est surtout une manière de montrer à ses concitoyens l’importance d’être vigilant et de prendre des précautions face au Coronavirus, ce qui n’empêche pas le chef du gouvernement de mettre tous les moyens qu’il faut pour la gestion de cette crise. Il coordonne depuis son domicile des concertations et conférences interministérielles d’autant que son pays prépare une présidentielle en octobre prochain et pour laquelle il venait d’être désigné candidat de la majorité.

Gon Coulibaly préoccupé par l’impact de la crise dans l’économie

Lundi 23 mars, le Premier ministre avait présidé une réunion avec les partenaires techniques et financiers du pays, tels que la Banque mondiale, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ou encore l’Agence française de développement (AFD) pour leur présenter le plan de riposte contre la maladie. Convaincus de l’efficacité de ce plan, ces derniers se sont engagés à le soutenir. « Collectivement, nous, partenaires techniques et financiers, saluons le plan de riposte élaboré par la Côte d’Ivoire contre la maladie à Coronavirus. Nous nous engageons à le soutenir. On est ensemble et on vous soutiendra », a assuré Gilles Huberson, l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire.

Le secteur privé ne cache, en effet, pas ses préoccupations face au Coronavirus, qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur ses finances. Face à la crise sanitaire qui prend de l’ampleur, Gon Coulibaly a également été chargé par le chef de l’Etat d’évaluer son impact dans l’économie. « J’ai également instruit le Premier ministre de me faire une évaluation de l’impact économique financier, en concertation avec le secteur privé, en vue de soutenir notre outil économique et soulager les populations », a déclaré Alassane Ouattara, dans un communiqué du 23 mars. Financier et pointilleux sur les questions économiques, le président ivoirien tient à préserver une économie ivoirienne qui n’aura jamais été autant en forme.

Des ministres sur le terrain pour sensibiliser les populations

De leur côté, les membres du gouvernement multiplient les annonces pour endiguer la pandémie mais également les actions concrètes sur le terrain pour mieux sensibiliser la population et renforcer la prise en charge des malades. Dès le 20 mars, le ministère de la Défense a annoncé dans un communiqué « l’ouverture de couloirs humanitaires et de sécurité pour faire face aux besoins spécifiques de la pandémie ». La ministre de la Solidarité et de la cohésion sociale, Mariatou Koné n’a, elle, pas hésité à descendre sur le terrain, lundi 23 mars, allant à la rencontre des populations d’Anokoua-Kouté pour les sensibiliser sur la maladie et leur distribuer des kits d’hygiène. Le ministre de la Santé, Eugène Aka Aouélé, accompagné de Myss Belmonde, secrétaire d’Etat chargé de l’autonomisation des femmes, munis de microphones, sont aussi allés à la rencontre des Ivoiriens, dans les marchés, pour les sensibiliser sur l’épidémie, leur distribuant des tracts, qui rappellent les mesures d’hygiène à respecter et les précautions à prendre face à la maladie. Idem pour la ministre de l’Assainissement et de la salubrité, Anne Désirée Ouloto, qui a effectué une visite à l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS), à Marcory, pour vérifier l’état d’avancement des activités de propreté et d’assainissement de la cour et des chambres de ce lieu transformé en centre de transit sanitaire. Elle a appelé les Ivoiriens à « faire confiance au gouvernement qui ne lésine pas sur les moyens dans la lutte contre cette pandémie », insistant sur « l’importance de la participation de tous » pour venir à bout de l’épidémie et sur « le respect scrupuleux des mesures d’hygiène ».

Depuis son confinement, Amadou Gon Coulibaly travaille comme d’habitude. Une quinzaine d’heures de télétravail entre internet et téléphone. Grâce à la direction de la police nationale, il suit de près le respect du couvre feu, prône « intransigeance et fermeté » et continue de suivre les principaux dossiers. N’ayant aucun symptôme, le chef du gouvernement qui fera des tests d’ici la fin de sa quarantaine craint une explosion de la pandémie et coordonne lui-même les points de surveillance. Le ministre de la santé lui fait plusieurs comptes rendus quotidiens.

En prenant des mesures aussi drastiques contre le Coronavirus, les autorités ivoiriennes semblent avoir pris conscience de l’importance d’agir vite pour éviter la propagation du virus et n’ont pas hésité à suivre les recommandations de l’organisation mondiale de la santé (OMS), qui a affirmé que l’Afrique doit s’attendre « au pire » dans l’évolution de cette crise sanitaire qui n’épargne désormais aucun pays au monde. Un défi d’autant plus grand pour le pays de Félix Houphouët-Boigny que la Côte d’Ivoire va à une présidentielle le 31 octobre. Une élection qui, pour l’instant, ne semble en rien menacée par la pandémie.

Afrika Stratégies France

LogoFin

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus