Afrika Strategies
Revue d'intelligence et d'Analyse

ONE PLANET SUMMIT : Le rendez-vous qui rapproche Lomé de Paris

Seul chef d’Etat africain à être associé à un panel de grande importance lors du sommet consacré à l’environnement, Faure Gnassingbé qui a multiplié des signes de rapprochement avec l’Asie se rapproche de Emmanuel Macron. Le one Planet Summit révèle le penchant du président togolais pour la préservation de la planète tout en confirmant un réchauffement  de relations jusque-là froides entre Paris et Lomé.

Ces dernières années, la diplomatie togolaise s’est progressivement imposée dans la sous région avec une multitude de sommet depuis 2013. Malgré la crise politique qui secoue le pays, Lomé ne cesse de s’imposer sur l’échiquier international. En marge de l’Assemblée générale de l’Onu, la participation du président togolaise au « One planet Summitt » confirme un usage du thématique climat comme instrument diplomatique de premier plan.

Un rapprochement avec Paris

Le climat est devenu un grand enjeu et un instrument de premier plan de la diplomatie et cela est bien compris par Lomé. Panéliste à la 2e édition du One planet summit dans la foulée de la 73e assemblée générale de l’Onu, le président togolais qui a abordé le sujet de l’environnement quelques jours plus tôt lors d’un bref passage au Nigeria réaffirme un attachement à la sauvegarde de la planète. Aux côtés de Bill Gates autour du thème de la protection « des populations vulnérables ». Un thème d’autant plus aisé que le Plan national du développement (Pnd) adopté récemment par le gouvernement togolais replace l’énergie renouvelable au cœur de sa stratégie. La sensibilité du Togo au sujet du climat ne fait aucun doute d’autant que, comme la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne, le pays est très menacé par le réchauffement climatique qui affecte son agriculture. Une priorité d’autant que ces dernières années, l’agriculture longtemps abandonnée, retrouve ses lettre de noblesse dans le plan global de développement. C’est aussi une opportunité de rapprochement entre Lomé et Paris qui, depuis l’arrivée de Emmanuel Macron, entretiennent des relations plutôt mitigée.

Une diplomatie palliative en période de crise

Au cœur d’une crise qui se durcit sans cesse, cette diplomatie reste la meilleure alliée de la vitrine extérieure de Lomé. Malgré la feuille de route de la communauté économique de l’Afrique de l’ouest (Cedeao), l’opposition hésite à siéger à la Ceni, commission électorale et surtout,  à s’engager dans le processus électoral en cours. Les dernières municipales datant de 1987, une forte pression de la communauté internationale et de l’Union européenne y pousse le Togo. Sauf que, mettant en doute la bonne foi du gouvernement, l’opposition menée par Jean Pierre Fabre exige le report du recensement censé débuter avec le mois d’octobre. Mais malgré cette crise, la diplomatie restée active est le plus grand atout extérieur du Togo. Mais alors que les législatives sont annoncées à la date indicative du 20 décembre, la diplomatie ne restera pas longtemps le palliatif de la crise. Au pouvoir depuis 2005, Faure Gnassingbé devrait, dans les prochains mois, contribuer à accélérer le processus d’autant que ses pairs de la Cedeao attendent beaucoup de lui sur ce plan d’ici le sommet prévu au 22 décembre prochain.

redaction@afrikastrategies.fr

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More